DERNIERS ARTICLES

SIA 2015

27 février 2015

SIA 2015

Extrait de l’entretien que j’ai accordé à l’hebdomadaire STRATEGIES du 26 février 2015 :

« Le Salon de l’agriculture reste en France le plus grand événement de promotion territoriale. Et il y a derrière un vrai sujet de communication, car l’image des agriculteurs se lézarde. Selon un sondage Ifop, seuls 52 % des Français estiment que les agriculteurs respectent leur santé ! Le Salon doit être l’occasion de réenchanter l’alimentation, de remettre un visage sur l’agriculture et l’agro-alimentaire. En dehors des quelques projets productivistes, la qualité existe aussi sur notre territoire et la France a un vrai savoir-faire. »

Partager

Pêche : un réveil tardif

13 février 2015

A la criée du Croisic

Le secteur de la pêche est une nouvelle fois en difficulté.
En rencontrant ce matin les professionnels concernés, Christophe Clergeau, vice-président du Conseil Régional en charge notamment du secteur de la pêche, veut masquer les faillites et les erreurs socialistes dans ce domaine.

Un premier échec de l’exécutif régional sur la gestion des fonds européens.
Alors que le secteur de la pêche traverse une crise et que l’enveloppe française disponible pour 2014-2020 est de 588 millions d’euros, des dizaines de projets d’investissement sont bloqués, mettant en danger de nombreuses entreprises.
En effet, le Fonds Européen des Affaires Maritimes et de la Pêche (FEAMP) qui permet d’octroyer une aide financière au secteur européen de la pêche, afin qu’il s’adapte à l’évolution des besoins, est bloqué par le pouvoir actuel.
Sa gestion est dorénavant partagée entre l’Etat et les conseils régionaux qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le partage de responsabilité et sur la définition des programmes subventionnés.

Il convient de dénoncer également l’attitude de Christophe Clergeau, vice-président du Conseil Régional, qui aura attendu un mois avant de rendre visite aux professionnels de la pêche (les mesures d’urgence interdisant la capture du bar ont en effet été décidées le 16 janvier dernier). Et c’est à la demande de l’opposition régionale qu’un vœu d’accompagnement d’urgence des chaluts pélagiques a été adopté la semaine dernière ; ce point n’était même pas à l’ordre du jour de la dernière session !

C’est donc un second échec pour l’exécutif régional incapable de prendre la mesure du problème. Alors que les députés européens socialistes n’ont rien fait pour empêcher cette interdiction de pêche au bar, contrairement au Président de la commission de la Pêche au Parlement européen, Alain Cadec, la gauche régionale s’est désintéressée de la pêche. Ce secteur n’a jamais fait partie des priorités de l’exécutif régional qui aura divisé par deux son budget en 10 ans (crédits de paiement : Budget Primitif 2004 > 5,2 millions d’€ / Budget Primitif 2014 > 2,3 millions d’€).

Un dernier budget sans perspectives financières

6 février 2015

Les observations du CESER sont implacables ; 10 ans après, deux alternatives dramatiques s’offrent à nous : soit il faut des impôts locaux nouveaux, ce qu’il appelle une « dynamique nouvelle des recettes » ou, à défaut, une importante réduction des dépenses de fonctionnement par la remise en cause de politiques publiques portées par la Région.

C’est en matière de gestion, un indéniable constat d’échec qui, dans l’histoire de notre collectivité, s’est traduit par un fort message de défiance, jamais adressé par cette assemblée indépendante à une majorité politique en place : 23 abstentions et 2 votes contre.

Il conviendra donc, pendant la campagne pour les élections régionales qui aura lieu cette année, de dire, de part et d’autre, quels impôts nouveaux seront créés ou quelles politiques publiques seront supprimées. Nous ne pourrons bien évidemment pas échapper à ce discours de vérité en raison du mauvais bilan des deux mandats successifs. Pendant cette période il été dépensé sans chercher à percevoir l’impact pour les habitants et à cerner les économies à réaliser.

C’est donc une Région sans perspectives financières, sans compétences clarifiées à tel point que dans le domaine de la pêche par exemple, des dizaines de projets d’investissement se trouvent bloqués du fait que l’Etat et le Conseil régional se disputent leur rôle dans la gestion du Fonds Européen des Affaires Maritimes et de la Pêche ! Je pense en particulier aux vingt bateaux des professionnels de La Turballe qui sont confrontés à une interdiction soudaine de la capture de bars.

C’est une collectivité sans pilotage économique, ce qui ne fait qu’aggraver sa fragilité dans un contexte pour le moins incertain.
On ne peut être dans les prochaines années les exécuteurs testamentaires d’une gestion qui n’a pas voulu assumer des choix et se projeter dans une politique de grands projets plutôt que dans une politique de saupoudrage.
C’est la raison pour laquelle nous avons voté contre le dernier budget de cette mandature.

L’Apôtre à Nantes : un recul incompréhensible

22 janvier 2015

Quelle a été ma stupéfaction d’apprendre que le film « L’Apôtre » est interdit demain à la projection dans une salle municipale de Nantes au motif qu’il peut être vu comme une provocation pour la communauté musulmane.

Quelques jours après la marche républicaine à Nantes à laquelle j’ai participé au cri de « Je Suis Charlie » et au nom de notre attachement à la liberté d’expression, nous voici confrontés à un recul incompréhensible.

Porteur d’un message de paix, ce film, salué par la critique cinématographique, est nommé pour le César 2015 du meilleur jeune espoir masculin grâce à l’acteur principal Fayçal Safi.

J’ai été heureux que le film « Qu’Allah bénisse la France » soit primé en novembre dernier lors du 1er Festival du Cinéma et Musique de Film de La Baule ; je ne peux accepter que l’on baisse la garde pour la projection de « L’Apôtre » cette semaine à Nantes.

En tant qu’élu républicain je ne peux cautionner une telle autocensure qui ne fait que céder à la peur et aux diktats des extrémistes.

 

Unité nationale

15 janvier 2015

Invité mercredi 14 janvier de France Bleu Loire Océan j’ai eu l’occasion de revenir sur le non respect de la minute de silence.

Articles plus anciens

Les masques tombent…

28 novembre 2014