DERNIERS ARTICLES

Un budget municipal ambitieux mais fortement contraint

10 novembre 2014

Hier soir, lors du conseil municipal, nous avons abordé le Débat d’Orientations Budgétaires pour l’année prochaine dans un contexte où la baisse drastique des dotations de l’Etat se cumule au contexte national alarmant.
Trois axes forts caractérisent le budget municipal 2015 : le désengagement de l’Etat dans un contexte de crise économique, un plan d’économie général de la Ville et les interactions avec CAP Atlantique.
De 2013 à 2017, c’est une baisse des dotations de 6,2 M€ pour un budget annuel total de 85 M€ (fonctionnement + investissement). A titre indicatif la réforme des rythmes scolaires coûte à la collectivité plus de 265 K€…
La crise économique se traduit à nouveau en 2015 par une baisse de 300 000 € (-100 000 des produits des jeux du casino et -200 000 de droits de mutation sur ventes immobilières).
C’est donc 1,1 M de recettes de fonctionnement en moins pour l’année prochaine.
La politique d’investissements structurants doit persévérer aussi bien pour l’aménagement de la voirie, les complexes sportifs ou la rénovation des écoles.
Le budget de fonctionnement s’établit à 30 M€ annuel dont 45 % de charges de personnel (360 agents). Les économies d’échelle continueront à être réalisées par la poursuite de la mutualisation avec les autres communes voisines.

Partager

Nantes : on ne peut plus tolérer de telles dérives !

1 novembre 2014

Voici le vœu que je viens de déposer au conseil régional visant à la cessation immédiate de l’existence d’une zone de non droit, la ‘ZAD’, sur la commune de Notre-Dame-des Landes (44).

Exposé des motifs
Nantes est le théâtre à répétition (novembre 2013, février, septembre, octobre 2014 pour les 12 derniers mois ainsi qu’aujourd’hui) d’actions violentes de la part de personnes s’inscrivant dans une revendication d’opposition à l’aéroport du Grand Ouest.
Ces actions ont conduit à des dégradations de mobilier urbain, de biens privés et surtout à l’émergence d’une peur collective sur les individus.
Sur le territoire de la commune de Notre-Dame-des Landes, des destructions de biens et l’annihilation des services publics sont patents: routes fermées, relais de téléphonie détruits à plusieurs reprises, passants menacés…
Il s’agit en fait de la création d’un territoire, la ‘ZAD’, échappant aux lois de la République et où se développe une microsociété hostile à la Nation, à ses lois, à ses valeurs.
Les médias multiplient les reportages sur cette situation.
Et on apprend que la ‘ZAD’ sert de base arrière, de base logistique pour d’autres ‘luttes’ qui n’ont aucun rapport avec l’aéroport du Grand Ouest et dont d’ailleurs se dissocient les opposants à ce projet tel l’ACIPA.

Considérant
Considérant que la position exprimée par les acteurs républicains tant favorables qu’opposés à l’aéroport du Grand Ouest est le refus d’entrée dans une spirale de violence.
Considérant qu’il relève de l’autorité de l’Etat de maintenir sur l’exhaustivité du territoire Français ce que l’on appelle l’Etat de droit.
Considérant les risques permanents sur les biens et les personnes ainsi que les troubles répétés et continus à l’ordre public que créent certains occupants de la ‘ZAD’ y compris au-delà de celle-ci.

Vœu
Le Conseil Régional des Pays de la Loire:
- refuse qu’un territoire de la région soit la base arrière d’actions violentes;
- demande que l’Etat fasse cesser immédiatement l’existence d’une zone de non droit, la ‘ZAD’, sur la commune de Notre-Dame-des-Landes;
- mandate le Président du Conseil Régional pour transmettre cette demande au Premier ministre.

Il faut que tout cela cesse !

28 octobre 2014

Dans une démocratie, le décès d’un militant est un drame inacceptable.

L’Etat a le devoir d’éviter toute dérive pour permettre l’expression de chacun.

Une nouvelle fois, nous avons été, hier soir, les spectateurs de manifestations qui ont amené leur lot de dégradations dans le centre-ville de Nantes.

Ces scandaleuses exactions doivent être condamnées par l’ensemble des élus régionaux y compris ceux qui s’opposent à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Des délinquants profitent de l’hommage rendu au jeune Rémi Fraisse mais aussi de l’attitude politique ambigüe d’une majorité régionale qui souffle le chaud et le froid sur un projet sur lequel elle s’était engagée devant les électeurs en 2010.

Il faut que tout cela cesse et que le discours de l’exécutif régional sur ce projet d’un aéroport du Grand Ouest soit d’une limpidité incontestable, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Il revient au représentant de l’Etat de faire disparaître immédiatement cette zone de non-droit et de ne pas accepter une nouvelle manifestation samedi prochain afin que les dérives survenues hier ne se répètent pas dans quatre jours.

David Douillet en Presqu’île

26 octobre 2014

IMG_0270

Qui mieux que David Douillet, député des Yvelines, ancien ministre des Sports, quadruple champion du monde et d’Europe de judo, pouvait venir dans la 1ère région sportive de France pour soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP ?

C’est ce qu’il a fait avec amitié ce week-end où il a pu découvrir les belles villes de La Baule et de Guérande.

 

Une fin de mandat régional sans perspective

18 octobre 2014

IMG_1148

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Samia Soultani-Vigneron (photo), 1ère adjointe du maire de Laval, après l’élection au Sénat de Elisabeth Doisneau.

Le débat budgétaire de vendredi a condamné la politique de saupoudrage de la majorité régionale.

Comme le souligne la Cour des Comptes dans son rapport publié mardi dernier sur les finances locales, les collectivités locales sortent en permanence de leur « cœur de métier ».

Sous l’effet des restrictions budgétaires de l’Etat, la Région des Pays de la Loire se trouve à verser peu à tout le monde, sans que des priorités ne s’imposent.

Les baisses d’autorisation se constatent pour le développement industriel, pour l’économie de proximité, pour le logement et le cadre de vie, pour les infrastructures ferroviaires et la modernisation des trains, enfin là où les promesses de la majorité à l’endroit de la population étaient les plus fortes.

La politique « emploi, formation professionnelle, métiers de demain » n’a par contre pas été réduite : + 100 000 euros… C’est ce que l’on appelle se moquer du monde alors que le chômage continue de frapper notre région, + 6,7 % selon les derniers chiffres de Pôle Emploi.

Ce qui est d’autant plus pathétique c’est que les inscriptions budgétaires relatives aux dépenses de personnel sont en hausse.

Seule la stratégie d’aménagement numérique trouve grâce à nos yeux mais, même dans ce domaine, on attend des engagements de la majorité sur l’optimisation des moyens de la Région. Qu’en est-il maintenant de l’utilité des 6 antennes régionales alors que l’on pourra correspondre sur notre territoire par des moyens aussi efficaces que dans le secteur privé ? Ces antennes ont coûté des millions d’euros entre leur acquisition, leur aménagement, sans parler de leur fonctionnement.

Le constat est aujourd’hui  terrible : le Président Auxiette est en conflit avec le gouvernement qu’il a soutenu, sa majorité régionale est démoralisée à l’image d’élus qui arrêtent l’engagement politique et les Ligériens constatent l’incapacité de la Région à porter des projets essentiels comme l’aéroport du Grand Ouest ou un franchissement supplémentaire de la Loire.

C’est une politique incohérente où, de Paris, on nous demande d’appliquer idéologiquement, dans chacune de nos communes, les rythmes scolaires et leurs indéniables surcoûts. Dans le même temps, le CESER, dans son avis sur cette session, exprime ses fortes inquiétudes quant à la capacité de la Région à financer même certains investissements relevant de ses propres compétences.

C’est une politique sans boussole où les Régions ne savent même pas, à un an des élections régionales, qu’elles seront leurs compétences…

C’est enfin une politique dispendieuse car les conséquences directes sont des impôts supplémentaires pour les habitants des régions : c’est ce que vient d’annoncer le Premier ministre à Toulouse vendredi dernier lors du Congrès de l’ARF.

 

Articles plus anciens